Le cheval au cœur des priorités

Le cheval au cœur des priorités

Depuis de nombreuses années, le Jumping international de La Baule – Officiel de France a mis en place de nombreuses actions pour assurer le bien-être des chevaux en compétition, cette préoccupation a toujours été une ligne conductrice de l’organisation. Une priorité, mais avant tout une évidence.

 

À retenir

  • La qualité de l’accueil des chevaux, une préoccupation du Jumping International de La Baule depuis de nombreuses années
  • Des infrastructures idéales pour garantir le meilleur confort aux chevaux en compétition
  • Le format de la Coupe des Nations Barrière conforme au souhait des cavaliers dans un soucis de préservation de la santé des chevaux
  • Un espace de discussion « Bien être équin» sur le Village regroupant des professionnels au service du cheval
  • Fidèle au concours de La Baule depuis 2007, Kevin Staut témoin de toutes les actions mises en place

 

Enjeu majeur des sports équestres, le bien-être animal est la préoccupation majeure de la société des concours hippiques de la Baule, organisatrice du Jumping International. Et depuis bien longtemps. « Les règlements ont beaucoup évolué ces dernières années, note Anne Couroucé, vétérinaire au Jumping de La Baule depuis plus de dix ans et responsable des services vétérinaires aux prochains Jeux olympiques. Il est important de souligner que La Baule a été précurseur dans ce domaine. Depuis de nombreuses années, le CSIO a mis en place des mesures qui vont dans le sens du bien-être animal. » Toute l’équipe du concours est en effet entièrement sensibilisée à cette mission à l’image du président de la commission vétérinaire FEI au Jumping de La Baule, Richard Corde, président de la Ligue française pour la protection du cheval, et désigné « Horse Welfare Officer » pour les prochains Jeux olympiques.

Illustration de cette philosophie, l’Officiel de France est également en cours de labellisation EquuRES, label environnemental et bien-être animal de la filière équine. Il regroupe 10 thématiques d’action (transport, eau, exploitations, fumier & déchets, bâtiments, énergie, alimentation, paysages, soins, communication) pour entrer dans une démarche d’amélioration continue. L’édition 2024 devrait finaliser cette labellisation.

 

Un hébergement des chevaux… 5 étoiles

 

L’Officiel de France bénéficie d’infrastructures pérennes permettant d’accueillir plus de 98% des chevaux dans des boxes appartenant au bâti, la garantie d’un confort optimal. Les unités de boxes ne dépassent pas plus de 26 boxes dans le même barn. Chaque barn dispose de sa propre douche et est ventilé grâce à des ouvertures au niveau des toits et des portes latérales de part et autre.

Les litières utilisées sont 100% naturelle, constituées de bois dépoussiéré et issues d’une exploitation raisonnée de la forêt (label PEFC : Programme Européen des Forêts Certifiées). Outre l’aspect environnemental, les copeaux de bois apportent un confort optimal pour les chevaux grâce à leur volume. La litière crée ainsi un matelas confortable. Cela diminue également les risques de problèmes respiratoires des chevaux. Une aire d’herbage et de détente est également mise à disposition à proximité des écuries pour l’ensemble des chevaux présents.

 

La plage pour le bien-être physique et mental

 

L’image est traditionnelle pour tous les lève-tôt présents à La Baule le temps du jumping : celle des meilleurs chevaux du monde sur la plage à l’heure où les premiers rayons du soleil percent l’horizon. Moment de bien-être pour les cracks, avec la mer et les vagues pour offrir un massage naturel des muscles et des tendons. Relâchement mental aussi avec cette plage qui s’étend sur plusieurs kilomètres et sa quiétude matinale. « Cette possibilité de sortir de la zone du concours en allant sur la plage est une exception bauloise, précise Anne Couroucé. Tout est mis en place pour qu’elle se déroule dans des conditions de sécurité optimales. Il n’y a pas d’autres chevaux sur la plage et toutes les règles sanitaires de biosécurité sont respectées. »

Les mesures sanitaires sont d’ailleurs omniprésentes dès l’arrivée des chevaux. « Dès leur accueil, les chevaux sont contrôlés avec une prise de température selon un protocole bien précis, explique Anne Couroucé qui peut compter sur les élèves de l’école vétérinaire de Nantes. Tous les chevaux d’un même camion sont contrôlés avant de passer à la suite. Si un problème survient, nous disposons aussi de boxes d’isolement très éloignés. La FEI oblige à un minimum de 50m, nous sommes à plus de 200 m ! Les boxes de chaque barn sont suffisamment grands et aérés pour offrir les meilleures conditions aux chevaux. »

 

Le programme sportif dans le respect des chevaux

 

La planification et l’organisation des épreuves sont aussi pensées pour assurer les conditions les plus favorables aux chevaux. La Coupe des nations Barrière en est une parfaite illustration. Contrairement au format olympique (seulement trois couples et tous les scores comptent), le Jumping international de La Baule a choisi le maintien du format de quatre couples par équipe avec drop-score (le moins bon score de chaque manche n’est pas pris en compte). Une disposition en parfaite synergie avec l’une des 46 recommandations du rapport publié en avril 2022, par le groupe d’études de l’Assemblée Nationale « Condition animale », sur le thème du bien-être équin. À l’assemblée générale de la FEI, Steve Guerdat, en tant que représentant des cavaliers, avait souligné les enjeux du format des Coupes des Nations, notamment concernant le bien-être animal : « Le format à trois couples nous oblige à finir notre tour pour ne pas éliminer notre équipe. Aucun cavalier ne devrait jamais se retrouver dans lobligation de finir son parcours quoi quil en coûte. Il va de soi quune équipe de quatre couples et un « drop score » est bien plus juste pour le sport ». Une opinion entièrement partagée par le Jumping de La Baule.

 

Un espace « Bien être équin » dans le village

 

Initié l’an dernier, l’espace « Bien être équin» sera à nouveau reconduit dans le village exposants 2024. En collaboration avec Equus Project, projet global ayant pour objectif de mettre en place un écosystème favorable au développement des chevaux et humains, cet espace regroupera les professionnels aux services du bien-être. Des prises de paroles seront proposées tout au long du concours autour de cette vision qui se décline dans chaque activité, à savoir : Alimentation, formation aux métiers du cheval, médiation équine, équicoaching et soins dédiés aux chevaux.

 

Le témoin 

Kevin Staut : « Tout est fait pour rendre les chevaux heureux »

 

« Le bien-être animal est une évidence. Quand tu tires vers l’excellence, tu es très attaché aux notions qui sont élémentaires et essentielles, à savoir ce qui se passe autour du cheval. Dans tout ce que nous construisons, la finalité est faite autour du bien-être animal. Nous devons davantage communiquer sur cette démarche. Les organisateurs sont aussi essentiels dans cette optique. J’ai la chance de faire le concours de La Baule depuis longtemps. J’ai suivi l’évolution qui accompagne cette nécessité de bien-être. À La Baule, c’est extraordinaire d’avoir ce chaudron qu’est la piste principale pour les épreuves et de n’avoir que quelques mètres à faire pour se retrouver dans la zone des écuries, au calme, à l’abri de la pression. C’est un espace qui permet aux chevaux et aux personnes qui s’en occupent de décompresser entre les épreuves. On peut aussi profiter d’un terrain en herbe pour les détendre tout au long de la journée avant d’aller sur la détente en sable. Les écuries sont en dur, en bois, avec des grandes allées. La piste principale est également constamment améliorée. Les sorties à la plage sont parfaitement encadrées par les stewards FEI pour que tout cela soit bien fait. C’est un concours qui utilise toutes les ressources à sa disposition pour que tout se passe bien. Tout est fait pour rendre les chevaux heureux. »