Skip links

Le Jumping international de La Baule renforce son équipe en 2022

Du 5 au 8 mai prochains se tiendra le Jumping international de La Baule au stade François André. Organisée dans un écrin de verdure, cette 61e édition s’annonce d’ores et déjà palpitante avec son légendaire CSIO5* de France, support de la seule coupe des nations française pour l’élite mondiale de saut d’obstacles et du premier Rolex Grand Prix – Ville de la Baule. Si le concours baulois garantit, en 2022, son lot d’émotions fortes à son fidèle public de passionnés, c’est un souffle nouveau qui attend aussi les meilleurs cavaliers et chevaux du monde. Car côté coulisses, l’organisation du concours renforce également son équipe pour proposer un jumping d’exception.

Frédéric Cottier prend les rênes de la direction sportive

Ancien cavalier membre de l’équipe de France médaillée de bronze aux JO de Séoul (1988), Frédéric Cottier est aussi connu comme chef de piste international. Labellisé « Level 4 » par la FEI, qui lui vaut de concevoir les parcours de grandes compétitions mondiales, dont ceux des championnats du monde de saut d’obstacles en 2014 (Caen), Frédéric Cottier dessine les tracés du CSIO5* de France à La Baule depuis une quinzaine d’années. En 2022, son expertise du haut niveau international le conduit à prendre les commandes de la direction sportive du Jumping international de La Baule à la demande de son président, Pierre de Brissac. Une marque de reconnaissance de la part du concours baulois qui récompense son investissement et sa fidélité pendant toutes ces années.

« Le président du Jumping m’a demandé de prendre la direction sportive du concours et c’est tout naturellement que j’ai accepté. L’Officiel de France est un événement unique qui fait partie des concours que j’avais plaisir à monter lorsque j’étais cavalier. J’en ai ensuite dessiné les parcours à la demande du président René Pasquier. Il est évident que j’éprouve un attachement particulier pour La Baule » indique Frédéric Cottier. « Désormais mon rôle sera de veiller au bon déroulement du sport. En collaboration avec le comité organisateur, il m’appartient notamment de produire l’avant-programme du concours, de collaborer avec les officiels du concours, de gérer les invitations des équipes et des cavaliers individuels étrangers dans le CSIO5* de France… Autant de missions qui pourraient ressembler à celles d’un délégué technique intervenant dans un grand championnat. » poursuit le directeur sportif. « En acceptant ce nouveau challenge, il fallait alors choisir un nouveau chef de piste pour me remplacer car il m’était impossible de cumuler les deux fonctions. J’ai donc proposé à Pierre de Brissac de nommer Grégory Bodo, qui était jusqu’à présent mon premier assistant à La Baule et ce depuis 6 ans. Il a en effet toutes les qualités requises à mon sens. Nous sommes aujourd’hui les deux seuls chefs de piste français à être labellisés Level 4. Grégory (Bodo) connait très bien les spécificités du terrain et je suis persuadé qu’il saura tirer profit de l’expérience qu’il a acquise. Enfin, ce qui est très important à mes yeux, c’est que nous travaillons tous les deux animés par le même objectif : celui de construire des parcours dans le respect du cheval. » conclut Frédéric Cottier.

Grégory Bodo, le nouveau chef de piste de l’Officiel de France

Grégory Bodo, 43 ans, est donc l’homme choisi par le nouveau directeur sportif, en concertation avec le président du jumping, pour mettre en scène l’élite mondiale lors de l’édition 2022 du concours baulois. Réputé pour être l’un des meilleurs « course designers » au monde et aussi l’un des favoris pour officier aux JO de Paris 2024, Grégory Bodo a déjà signé les parcours de concours 5 étoiles de renom : CSI5* Saut Hermès, Paris Eiffel Jumping (Global Champion Tour), CSI5* Masters de Chantilly, CSI5* de St Tropez, CSI5* Grimaud, CSI5*-W de Lyon, CSI5* de Knokke (BEL), CSI5* de Lausanne (SUI)… et a collaboré sur des grandes échéances mondiales en qualité d’assistant : championnat du monde 2014, finale coupe du monde 2018, championnats d’Europe Jeunes cavaliers 2018, championnat d’Europe 2019, JO de Tokyo 2020, championnat d’Europe 2021…

Si la qualité de ses parcours font toujours l’unanimité chez les cavaliers professionnels et amateurs, le chef de piste international Level 4, également enseignant en marketing et management en école de commerce, reste modeste malgré sa collaboration avec 35 concours par an en France et à l’étranger. Grégory Bodo demeure aussi et surtout, fidèle à ses valeurs et convictions.

« Cette nomination est un honneur et je remercie Frédéric Cottier, le président du Jumping international et son équipe pour leur confiance. Concevoir les parcours du seul CSIO5* de France est le rêve de tout chef de piste. » confie Grégory Bodo. « Je connais très bien le terrain en herbe de La Baule pour y avoir travaillé comme assistant chef de piste de Frédéric (Cottier). Je sais comment peut réagir la piste, tout comme les chevaux. La Baule est l’un des premiers grands concours en extérieur et c’est toujours très intriguant pour les chevaux d’arriver sur ce terrain après la saison indoor. Généralement, les cavaliers engagent deux chevaux, leur cheval de tête et un second qui doit gagner en expérience. Mon objectif n’est pas de tout révolutionner, ce qui n’est pas possible au regard de la topographie du terrain, mais de proposer des parcours modernes conformes à mes valeurs et mes convictions. Je veux proposer du beau et du bon sport avec des chevaux qui évoluent en toute sécurité en respectant leur bien-être, qui est ma priorité. Fluidité, mouvement en avant, difficultés posées aux cavaliers et non à leurs chevaux, pas d’obstacle surdimensionné, un rythme soutenu… sont les quelques règles pour mes tracés de La Baule. Côté scénographie, je jouerai avec les couleurs des barres, les profils d’obstacles et la décoration florale. C’est à ce niveau que se reconnaitra peut-être ma signature. » explique le chef de piste avant de conclure « j’arriverai à La Baule quelques jours avant le concours avec déjà des esquisses des parcours et des mouvements. Ensuite, je jaugerai leur faisabilité sur le terrain. Il est possible qu’il y ait quelques adaptations mais j’aurai déjà construit 80% de mes épreuves. »

Dans sa nouvelle mission, Grégory Bodo pourra s’appuyer sur une équipe d’assistants composée de Yann Thomas, Quentin Perney, Eddy Castellon et Xavier Trouilhet.